NOTRE PEDAGOGIE POST-GRADUEE

A la différence des autres médecines alternatives (comme l’acupuncture, la chiropraxie, la naturopathie, ou l’ostéopathie), la Médecine Fonctionnelle ne requiert pas que les professionnels changent de langage, d’outils de soin, et/ou ne renoncent aux bases de leurs disciplines respectives.

Notre enseignement utilise la gestion et la pensée clinique suivant le continuum :
  1. Principes de la MF : Une introduction au contexte et concepts de la MF aide à appréhender l’approche fonctionnelle.
  2. Processus physiologiques fondamentaux : Enseigner la MF nécessite un rappel et une extension de chaque domaine de connaissances cliniques (en biochimie et physiologie).
  3. Fondements de la MF : Une appréciation de l’importance des facteurs de l’environnement est indispensable pour comprendre la MF. On aborde l’influence de ces derniers sur les prédispositions génétiques dans la santé et la vie du patient.
  4. Dysfonctions cliniques fondamentales : Un apprentissage est conduit pour aider le stagiaire à évaluer et améliorer  les dysfonctions qui sous-tendent les huit domaines fonctionnelles responsables de la maladie ou de la bonne santé.
  5. Approches cliniques pratiques : Les informations présentées en sus, sont mises en contexte afin de permettre au praticien de prendre en charge des situations chroniques et complexes. Cette partie de l’enseignement démontre la façon d’obtenir, de trier, et de qualifier les données pour produire une application thérapeutique.
  6. Mettre tout ensemble : Enfin, nous présentons des cas réels et pratiques qui permettent aux praticiens d’appliquer les éléments de cours.
Ainsi abordée, la MF peut être enseignée à tout clinicien ouvert d’esprit et prêt à passer  le cap du Kaléidoscope des symptômes pour regarder le patient sous un nouvel angle. Il s’agit ici d’acquérir, d’analyser, de classifier et de fixer des priorités thérapeutiques ou préventives pour corriger les déséquilibres qui font le lit des maladies.

Notre choix pédagogique s’appuie sur des études scientifiques réalisées en matière de formation continue médicale (FCM). Ces études révèlent que les formations post-graduées médicales, dans leur format académique actuel, sont insuffisantes à induire des changements de pratique chez cliniciens parce que :
  • Une intervention aussi riche soit–elle, apporte au plus des connaissances et ne change pas l’habitude médicale,
  • Une seule intervention par thème au cours de FCM a peu de chance d’influencer la pratique que plusieurs interventions sur le même thème,
  • Peu importe sa pertinente, des intervenants éminents et /ou des  interventions riches ne contribuent  pas à changer les pratiques si elles ne répondent pas aux questions pratiques du clinicien.
  • Et enfin, les praticiens détachés de leur contexte de cabinets, pendant un temps, sont plus réceptifs et plus enclins à assimiler les enseignements.
Toutes ces observations, nous ont conduits à adopter une pédagogie proactive, de confrontation d’expériences entre collègues et de collaboration par le système de mentor.